Ignorer les commandes du ruban
Passer au contenu principal
Je suis une entreprise Accéder à mon compte

Espace Entreprises

Erelio (Partenaires, Courtiers)

DetailNewsSAS BNP Paribas ERE | Les marchés financiers atteignent des niveaux records au 1er trimestre 2024

BNPP ERE

Les marchés financiers atteignent des niveaux records au 1er trimestre 2024

Après une année 2023 exceptionnelle sur les places financières mondiales, 2024 démarre sur la même tendance, plusieurs indices des marchés développés ayant même atteint des niveaux historiques.

​​​​​Ces derniers continuent d’être portés par les espoirs d’assouplissement monétaire de la part des banques centrales sur fond de désinflation. 


Aux Etats-Unis, les indices S&P 500 et Nasdaq (ce dernier étant centré sur les valeurs technologiques) sont à leur plus haut historique, en hausse de 10,6% et de 9.3% respectivement depuis le début d’année. En Europe, l’indice Eurostoxx 50 progresse de près de 13% depuis le 1er janvier. Le CAC 40 a de son côté dépassé les 8 200 points en fin de période, pour afficher un gain de 9% sur trimestre. Le marché japonais continue sur la même lancée qu’en 2023, poursuivant sa hausse sur les 3 premiers mois de l’année (+21.4% pour le Nikkei), porté par la faiblesse du Yen et une consommation robuste. Seuls les marchés émergents restent en retrait, pénalisés notamment par la Chine dont la croissance économique déçoit, plombée entre autres par un secteur immobilier en proie à de nombreuses difficultés.

​​ Au niveau sectoriel, ce sont les secteurs cycliques qui bénéficient le plus de la poursuite de la désinflation, à l’image de l’Industrie, l’Automobile, la Distribution et les Transports. Le secteur de la Technologie continue son rallye après une année 2023 déjà très favorable, le segment des semi-conducteurs tirant profit de l’engouement des investisseurs pour le thème de l’Intelligence Artificielle. Les secteurs défensifs des Télécoms, des Services aux collectivités et des Boissons & Alimentation sont en revanche délaissés par les investisseurs au profit de valeurs plus cycliques. Le secteur des Matériaux est quant à lui impacté par la baisse des prix des métaux.

Comment expliquer la tendance haussière sur les marchés actions en ce début 2024 ? ​

​Les facteurs de soutien au marché sont multiples : 

Tout d’abord la réaffirmation par les banques centrales (Réserve fédérale américaine et Banque Centrale Européenne) de leur projection de baisse de leurs taux d’intérêt en 2024 donne depuis plusieurs mois de l’élan aux marchés, d’autant que cette trajectoire devrait s’accompagner de la poursuite de la désinflation, second moteur de la tendance haussière _ l’inflation en zone Euro atteint 2.4% en zone euro sur un an à fin mars, et 3.2% aux Etats-Unis à fin février. L’assouplissement monétaire pourrait démarrer dès la fin du 1er semestre, à en croire les récentes déclarations des banquiers centraux. 

La croissance économique mondiale, bien qu’en ralentissement, reste étonnement résiliente, tout particulièrement aux Etats-Unis. 

​• Les résultats d’entreprises ont été robustes, ce qui est un élément favorable au marché. 

Le secteur technologique a contribué de façon significative au rebond des indices boursiers, notamment aux Etats-Unis, grâce notamment aux valeurs liées à l’Intelligence Artificielle. ​

Qu’en est-il des autres classes d’actifs sur la période ?​

Concernant les marchés obligataires, le niveau des taux à 10 ans est reparti à la hausse aux USA comme en Zone euro sur les 1ers mois de l’année. La raison : une inflation (bien qu’en repli) persistante, décalant de fait le début des baisses de taux programmées par les banques centrales. Les cours des obligations ont ainsi été pénalisés, malgré un changement de tendance sur le mois de mars. 

Le cours du pétrole a été soutenu par les tensions géopolitiques, d’autant que l’offre reste contrainte par les pays de l’OPEP. Le prix du baril WTI du Texas progresse de plus 16% à fin mars 2024, terminant le trimestre à plus de 80 dollars. 

L’or a atteint des sommets, dépassant le niveau historique des 2 200 USD l’once sur le mois de mars (soit une croissance de 70% depuis début 2019 !). La classe d’actifs bénéficie à la fois de sa qualité de valeur refuge dans un contexte géopolitique tendu mais également d’achats massifs de la part des banques centrales (en particulier émergentes), qui souhaitent diversifier leurs réserves. 

Les cours du gaz et de l’électricité se sont quant à eux nettement repliés, retrouvant les niveaux de début 2021, bien avant l'éclatement du conflit ukrainien. ​

Quelles perspectives pour les prochains mois ?​

La dynamique économique américaine continue de surprendre. Le taux de chômage outre-Atlantique reste à des niveaux bas, ce qui est un élément positif pour la solvabilité des ménages. Attention cependant à la consommation qui pourrait commencer à ralentir dans les prochains mois. En zone Euro, la croissance est plus faible, mais résiliente, et l’Europe bénéficie de la baisse des coûts de l’énergie.

Comme évoqué plus en amont, les conditions deviennent de plus en plus favorables à une baisse prochaine des taux directeurs. Vigilance reste de mise, car toute remise en question de cet assouplissement monétaire tant attendu par les investisseurs pourrait freiner l’évolution jusqu’ici positive des marchés actions. A ce titre, le niveau de l’inflation sera un élément clé dans les décisions à venir des banques centrales, le taux cible de 2% fixé par ces dernières n’ayant pas encore été retrouvé.

Enfin, le climat géopolitique est plus que jamais tendu et toute dégradation de la situation pourrait avoir un impact direct sur le cours de l’or noir, et par là même sur l’inflation.



Andrey PAMPOUILLE​​

Investment Specialist
Solutions Financières
​BNP Paribas Epargne & Retraite Entreprises

​​​

Yanning MA, CFA​​
Responsable Solutions Financières
​BNP Paribas Epargne & Retraite Entreprises

​ ​
​​​​


​Source indices : Bloomberg, au 29 Mars 2024 ; indices publiés dividendes réinvestis et en devises locales​​​
​​


NB : La valeur des investissements et les revenus qu'ils génèrent peuvent enregist​rer des hausses comme des baisses et il se peut que les investisseurs ne récupèrent pas l'intégralité de leur placement. Les performances passées ne préjugent pas des performances à venir.






Partager cet article :

Votre avis nous intéresse

Avez-vous trouvé ce contenu intéressant ?

Informations de marché
884